La vidéotonomie c’est quoi ?

vidéotonomie redled vidéo

Face aux besoins croissants de création de contenus vidéos des entreprises pour faire face à toujours plus d’enjeux (réseaux sociaux, vente en ligne, marque employeur, événements, annonces, digitalisation, formations...), la production vidéo traditionnelle est souvent perçue comme longue, complexe et chère.

De ce fait, la plupart des TPE-PME ou même les services de grandes entreprises sans matériel, savoir-faire ou argent sont souvent privés des bénéfices de cet outil formidable : la vidéo !

La vidéotonomie, contraction des mots : « vidéo » et « autonomie », est la capacité donnée à chaque salarié de filmer lui-même des vidéos pour son entreprise, avec le minimum de compétences et de matériel pour un rendu professionnel.

Dans cet article nous verrons quelles sont les catégories de vidéos concernées par la vidéotonomie ainsi que les prérequis pour devenir vidéotonome.

La vidéo d’entreprise

Pendant longtemps la vidéo d’entreprise n’était simplement vue comme la vidéo présentant et résumant l’entreprise à travers ses produits, ses services ou ses valeurs. Le manque de supports et d’occasions y jouaient pour beaucoup: page principale du site, spot TV, salons, ou présentations clients, c’est à peu près tout.

Mais les réseaux sociaux, et en particulier l’explosion de la consommation vidéo web ont complètement changé la donne en offrant toujours plus d’occasions aux entreprises de s’exprimer en vidéo. Désormais chaque recrutement, nouveauté, annonce, emailing, événement est une nouvelle occasion de produire une vidéo !

Face à ces besoins croissants Redled propose la solution de vidéotonomie la plus simple du marché : les salariés filment avec leurs smartphones selon un plan de tournage préétabli et un monteur professionnel édite la vidéo selon un brief également préétabli. 

Évidemment, personne n’attend du Kubrick.  L’espace de liberté et de créativité est extrêmement restreint. L’efficacité prime afin d’atteindre un standard de qualité, satisfaisant les objectifs de l’entreprise dans le respect du budget.

On pourrait comparer le vidéotonome au scaphandre autonome, c’est-à-dire à la plongée sous-marine.

Saviez-vous que les plongeurs ne dépassent que rarement les -60 mètres, et que le record du monde en plongée sous-marine avec bouteilles est établi à -332,25m ? Saviez-vous qu’en comparaison, la profondeur moyenne des océans est de -3800 mètres et son point le plus profond est à -11.984 mètres ?

Pourtant même si à l’échelle des océans nous ne faisons que caresser la surface, cela n’empêche pas à l’homme de plonger, de découvrir et de sensibiliser à la vie subaquatique. 

La vidéotonomie, c’est donc à peu près la même chose que la plongée en bouteille: vous n’irez jamais en profondeur mais vous pourrez en montrer suffisamment pour immerger le spectateur dans votre message et lui donner envie d’en savoir plus, d’adhérer ou d’acheter.

Ainsi la vidéotonomie n’est pas un océan de possibilités, mais plutôt un chenal qui va vous mener d’un point A à un point B. Vous aurez donc le choix entre un nombre de possibilités restreintes :

  • Des formats très courts de type story d’environ 30 secondes
  • Des témoignages ou interview d’environ 2 minutes
  • Des vidéos explicatives de 5 à 10 minutes

Les formats réalisables couvrent ainsi quasiment la totalité des besoins d’une entreprise en communication interne et une grande majorité des besoins en vidéo pour les réseaux sociaux.

Devenir vidéotonome

Nous l’avons expliqué dans la première partie : il n’est pas nécessaire de devenir Kubrick ou même cinéaste pour être vidéotonome, comme il n’est pas nécessaire d’obtenir une étoile au Michelin pour savoir préparer une recette.

L’application de vidéotonomie Redled est comparable au « Thermomix » : vous suivez les instructions à l’écran en mettant les ingrédients dedans dans l’ordre demandé et c’est tout. Nul besoin de s'occuper ni de la découpe, ni de la cuisson. Si posséder un Thermomix ne fera pas de vous un grand chef, cela ne vous empêchera pas de régaler vos familles et vos amis. 

Il en va exactement de même avec l’application Redled, : vous filmez en suivant les instructions. Les vidéos sont alors envoyées sur les serveurs de Redled et sont ensuite découpées et exportées par des monteurs professionnels.

Toutefois, il est simpliste et parfois malhonnête de laisser entendre qu’une application va faire tout le travail et qu’un rendu professionnel s’obtient en un claquement de doigt. Il ne faut pas oublier la qualité des ingrédients: c’est-à-dire la qualité des fichiers vidéos sources qui vont servir à la production de la vidéo finale.

Mais comment obtient-on des rushes vidéos (fichiers vidéo sources) de qualité et peut-on réellement en obtenir avec un smartphone ?

La réponse est oui. Il est possible de faire des vidéos de qualité avec un rendu professionnel en utilisant un simple smartphone. Mais il faut garder à l’esprit que, contrairement à ce que les fabricants tentent de nous faire croire, votre téléphone ne fera rien d’exceptionnel tout seul !

C’est la personne qui opère le smartphone qui détient la capacité de faire de belles choses. Bien filmer ne s’improvise pas, et c’est pour cela qu’en complément de l’application, nous proposons des formations courtes sur un ou deux jours.

Cela permet aux clients d’améliorer considérablement la qualité de leurs vidéos : plus on suit de conseils, plus la qualité est élevée. Les premiers conseils seront assez simples mais auront un impact très important sur la qualité. Par exemple, pour une interview, ils se porteront sur l’usage d’un micro-cravate, l’orientation de la lumière et le placement du sujet dans le cadre.

Ainsi être vidéotonome, c’est avoir quelques bases et savoir glisser des ingrédients dans une machine. Mais pour qu’une personne devienne vidéotonome, sa disponibilité et son envie doivent faire la différence. En effet, le concept même de la vidéotonomie réside dans le fait  qu’une partie du travail est fournie par le client. Il faut donc pour cela quelqu’un dans l’entreprise disposant de temps pour organiser les tournages et les filmer. Mais surtout, il faut que cette personne ait l’envie : la vidéo reste une activité créative et comme toute forme de création, elle se conjugue a minima avec l’envie et au mieux avec la passion.

Leave a Comment